Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 21:41

Nouveau  : le premier Mercredi de chaque mois à partir de 20 h 30. Rencontre autour de la Nouvelle

 

Nouveau : rendez-vous le 9 novembre : adresse Chez Dominique BRUN - 23, place de l'Hôtel de Ville à Marciac à côté de l'Office de tourisme.

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 16:55
tableau de Marie Laurencede hauvigny de Blot
tableau de Marie Laurencede hauvigny de Blot

Marie-Laurence de Chauvigny de Blot et Anne Bothuon "Osmose" du 15 juillet au 15 août 2016

vernissage le vendredi 15 juillet à partir de 18 h 30.

Pour Marie-Laurence de Chauvigny de Blot point trace d'humain, au sein de cette beauté sauvage. Rien que de la force, de l'amour. "Lorsque je peins, je ne sais plus qui je suis (...). Quand je fais un paysage, je suis un paysage. Hors du temps. Loin des rapports humains. L'infini, l'autre monde, n'est ni masculin, ni féminin (...). Scruter ce que l'on a au fond de soi et le sortir en l'état, tel est le seul projet".

Anne Bothuon avec de la ouate et du tissu, je modèle mes sculptures, mes personnages. Comme une Parque, à force de points, de nœuds, de brides, de reprises, je fais apparaître un corps, pas un corps en gloire, mais un corps commun à tous avec ses défauts et ses petites imperfections, loin des images médiatiques.

Chaque année pendant le festival Jazz In Marciac. La Galerie A l'Âne Bleu met en place une exposition emblématique. Après Rémi Trotereau en 2007, Bruno Loire en 2008, ce sont, à partir de 2009, deux artistes - un peintre et un sculpteur - qui sont invités à confronter leurs univers. Alain Galaup et Robert Keramsi en 2009, Etienne Gros et Yoann Penard en 2010, Guillaume Toumanian et Christian Piot en 2011, peintre et sculpteur à lui tout seul, Philippe Aïni en 2012 et Alain Schrotter et Claude Giorgi en 2013. Hélène Duclos et Hans Jorgensen, deux artistes au travail expressif, ont fait convergé leurs visions en 2014 ainsi que Anne Pourny et Jean Pierre Pourtier en 2015, avec Marie-Laurence et Anne en Osmose, est placé sous le signe de la femme.

OSMOSE
OSMOSE

Exposition de Béatrice Bröder "Que le spectacle commence" du 14 octobre au 7 novembre 2016.

Vernissage le14 octobre en présence de l'artiste.

Il y a du Goya chez Béatrice Bröder, parfois sous forme de figures aristocratiques bien moches et bien ridées. Mais un Goya qui, pour le style, aurait été revisité par l'humeur férocement scrutatrice et l'expressivité d'un Otto Dix. Extrait texte de Xavier Bureau

Gravure de Carole Forges
Gravure de Carole Forges

Renontres autour de l'Estampe du 9 au 24 décembre 2016 - Carole Forges et François Laude.

Vernissage le 9 décembre à partir de 18h 30 en présence des Artistes.

Carole Forges : Chaque expérience vécue laisse une trace d'émotion intime. Ces empreintes, prénommées exuvies dans le travail de Carole, sont les métaphores de la mémoire et du souvenir de ces émotions, matérialisées par les vêtements qui tous ont été portés. L'artiste a choisi de travailler avec des vêtements féminins, plus particulièrement la robe, parce qu'elle reste la pièce de vêtement féminin.

François Laude son amour pour la gent animale est au centre de son œuvre. Il transpose le monde des humains chez les animaux, comme dans les scènes du Roman de Renard, des situations de son invention ou des détournements de tableaux, créant ainsi un univers poétique teinté d'humour.

OSMOSE

En décembre de chaque année depuis 2007, la Galerie A l'Âne Bleu met la gravure à l'honneur. Eau-forte, pointe sèche, burin ... : si ces techniques vous paraissent mystérieuses, c'est l'occasion de venir à la Galerie pour les découvrir...! La Galerie invite aussi bien des artistes passés maîtres dans cet art difficile que de jeunes talents qui s'essaient avec réussite à cette technique ancestrale. Ce rendez-vous désormais traditionnel sur Marciac est devenu incontournable.

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 15:41
LACHEZ PRISE

Exposition de Jean Louis PIPET du 5 février au 6 mars 2016 - vernissage le vendredi 6 mars en présence de l'artiste.

JEAN LOUIS PIPET FORME ET DEFORME LES PERSONNAGES, HABILLE, DEHBILLE, MODIFIE, REFLECHIT ET RENIE LES APPARENCES; LE DECOR SE DETEND, GLISSE, POUSSE ET NOTRE REGARD POURSUIT LES COULEURS, LES OMBRES, LES FORMES SANS JAMAIS LÂCHER PRISES DE RÊVE RETROUVE.

vernissage de Jean Louis Pipet le vendredi 5 février avec Monsieur SERRES

vernissage de Jean Louis Pipet le vendredi 5 février avec Monsieur SERRES

LACHEZ PRISE

Exposition d'Isabelle MALMEZAT "Est-ce ainsi que les hommes vivent" du 18 mars au 17 avril. Vernissage le 18 mars en présence de l'artiste.

A travers cette peinture intérieure, je cherche à découvrir ce que garde notre mémoire, ce que l'on fait de nos souffrances, ce que deviennent nos blessures...où vont-elles se protéger, dans quelle solitude ... Rien n'y est vraiment révélé, il appartient à chacun d'y trouver sa propre lecture.

Isabelle Malmezat et Maurice Serres le soir du vernissage

Isabelle Malmezat et Maurice Serres le soir du vernissage

LACHEZ PRISE

la

LACHEZ PRISE

dsExposition d'Angèle CHANJOU "Je fais rien du tout et c'est pas facile" du 6 mai au 29 mai. Vernissage le vendredi 6 mai en présence de l'artiste.

Des petits riens, mis bout à bout. Le fil se délie. Ecriture plastique d'un intime - fragile jeu du je - la matière est pré/texte - multiple - le geste sériel, jusqu'à épuisement " Pénélopesque" - faire - refaire - défaire. Les mots se jouent des sens et s'invitent à partager la dimension universelle du soi.

LACHEZ PRISE
Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 23:18

"Je fais rien du tout et c'est pas facile" Exposition d'Angèle CHANJOU du 6 mai au 29 mai 2016.

Vernissage le vendredi 6 mai à partir de 18 h 30.

Des petits riens, mis bout à bout. Le fil se délie. Ecriture plastique d'un intime - fragile jeu du je - la matière est pré/texte - multiple - le geste sériel, jusqu'à l'épuisement "Pénélopesque" - faire - refaire - défaire; Les mots se jouent des sens et s'invitent à partager la dimension universelle du soi.

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 22:59

Exposition de Jean Louis PIPET "LÂCHER PRISE" du 5 février au 6 mars 2016 - vernissage vendredi 5 février à partir de 18 h 30

Jean Louis PIPET forme et déforme les personnages, habille, déshabille, modifie, réfléchit et renie les apparences.Le décor se détend, glisse, pousse et notre regard poursuit les couleurs, les ombres, les formes sans jamais lâcher prise de rêve retrouvé.

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 22:42

~~ Thierry CARRIER »Si nous sommes muets, je ne suis pas sourd » du 20 février au 8 mars 2015 L’homme se tient, sans décor, le plus souvent seul, face au monde qu’il observe autant qu’il est, lui-même, regardé. Sans discours, sans narration, face mi-effacée, il chuchote ce que nous devinons sans le formuler. Les tons doux et grisés, parfois acides, fluorescents, accompagnent ses interrogations.Patrick DELAUNAY

« HOMMAGE A L'ARMENIE » du 13 mars au 26 avril 2015 Aux granges de la Mairie Guillaume TOUMANIAN « Hommage à l'Arménie » Dans un monde saturé d’images, la peinture peut-elle encore imposer une présence ? A cette interrogation Guillaume Toumanian répond par une expérience, celle de la disparition. Pour lui, peindre un paysage, un corps, c’est peindre ce moment de retrait, d’effacement. Gaëlle HAMALIAN TESTUD Vit à Bordeaux où elle mène son travail dans le sillage de la photographie humaniste. Elle a choisi ce moyen d'expression depuis plus de vingt ans. Ses reportages réalisés en Europe, Asie et Amérique Latine ont donné lieu à plusieurs expositions et deux recueils de photographies (« Eclat de Bassin » et « Anh Doi »)

A L'Âne bleu .Il est évident que l’artiste puise son inspiration dans celui des contes mais également dans la vie quotidienne. Ce vocabulaire allégorique est palpable et Saré touche du doigt à l’absurdité du monde par le biais de personnages qui nous évoquent ceux qui s’égaillaient dans les kermesses et autres noces immortalisées par les grands maîtres flamands. Nathalie BECKER Jean-Pierre SEFERIAN, lui, dégage la colonne immémoriale des marcheurs de l’enclave inaccessible où elle s’était établie. Il la détourne à l’aide de bouts d’os calcifiés. Ces bouts d’os avaient jusqu’à présent nos corps en vie pour sépultures. En délivrant la vision macabre, l’artiste nous gratifie d’un pas décisif. Un pas vers la joie. Martin MELKONIAN

Marc SOUQUE « D'un chemin à l'autre » du 8 mai au 24 mai 2015 » Marc SOUQUE voyage dans un univers qu'il ne connaît plus, par désir de se perdre, de se vivre dans un ailleurs aux repères estompés, tels des palimpsestes à la présence lancinante.

IRIS et Thomas DURANTEAU « A corps et à traits » du 26 juin au 12 juillet 2015 Thomas DURANTEAU «A corps et à traits » Têtards , personnages sans âge, enfants par la disproportion de leur tête ou vieillards, ces êtres semblent se reconnaître, d’un tableau à l’autre, d’une même famille. IRIS Sous autorité, des habitations, des individus tronqués, et des édifices en construction, se débattent. Au contraire, des plongeoirs, des podiums, des diamants, des perspectives faussées, se complaisent dans une orgie de confusions mentales. Tous, s’enfoncent progressivement dans l’exercice dangereux de la représentation.

Anne POURNY et Jean Pierre POURTIER « Paroles muettes » du 28 juillet au 16 août 2015 « La peinture d'Anne Pourny s'impose à nous par l'évidence d'une présence fervente. Aller à l'essentiel est un engagement irréversible, qui l'a fait tôt opter pour une expression où le réel repoussait ses limites jusqu'à ces territoires inconnus régis par les forces constitutives de son langage en gestation. Lydia Harambourg Il s’agit d’un corps qui vaque, à l’extrême limite de la parole, dont la sculpture charge sur un ‘rien à dire’ l’espace sensible, et dont le moins de ce ‘rien’ du corps tend un plus d’élocution de parole à venir.Jean Pierre POURTIER Marie NIGOUL « Compte à rebours » du 2 au 11 octobre 2015 A travers ses œuvres photographiques, qui mêlent également le graphisme, la peinture et le collage, Marie Nigoul nous transmet une série d’autoportraits qu’elle souhaite témoignage et transmission, invitation à un autre regard.

Nicolas MONJO « Les loges de la fuite »du 6 au 22 novembre 2015 Les sujets principaux des tableaux de Nicolas MONJO ne sont pas sans rapport avec la société et le monde qui nous entoure . On peut y voir par le fait qu'ils sont souvent enfermés, écrasés par le cadre même du tableau, la difficulté pour l'individu à s'extirper de sa condition.

Rencontre autour de l'estampe de d'Estampe Sophie Domont Graver est l’apprentissage de la patience contrebalancée par la magie de l’imprévu. Un trait qui n’apparait pas comme espéré, les caprices de l’acide mais aussi très souvent de belles surprises. C’est une sorte de jeu avec la matrice : parfois un travail en harmonie ; parfois un duel enragé Hans Jorgensen est un magicien égaré dans l’âpreté, la rudesse et la fulgurance. La fièvre des profondeurs habite ses sombres féeries, et ses totémiques silhouettes.Surgissements inactuels d’un macabre festif, jubilatoire et scabreux, dans un somptueux théâtre de la transe et de la cruauté.Christian Noorbergen

Les Mythimages 4ème édition le 11, 12 et 13 septembre 2015 L'Âne bleu initie de nombreux projets sur le territoire en lien avec les autres galeries et artistes et participe au salon annuel des Mythimages organisés les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac. Inscriptions et renseignements sur le site www.lesmythimages.fr

Thierry CARRIER »Si nous sommes muets, je ne suis pas sourd » du 20 février au 8 mars 2015

L’homme se tient, sans décor, le plus souvent seul, face au monde qu’il observe autant qu’il est, lui-même, regardé. Sans discours, sans narration, face mi-effacée, il chuchote ce que nous devinons sans le formuler. Les tons doux et grisés, parfois acides, fluorescents, accompagnent ses interrogations.

Patrick DELAUNAY

Voir les commentaires

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 22:02

« HOMMAGE A L'ARMENIE » du 13 mars au 26 avril 2015

Aux granges de la Mairie

Guillaume TOUMANIAN « Hommage à l'Arménie » Dans un monde saturé d’images, la peinture peut-elle encore imposer une présence ? A cette interrogation Guillaume Toumanian répond par une expérience, celle de la disparition. Pour lui, peindre un paysage, un corps, c’est peindre ce moment de retrait, d’effacement.

Gaëlle HAMALIAN TESTUD Vit à Bordeaux où elle mène son travail dans le sillage de la photographie humaniste. Elle a choisi ce moyen d'expression depuis plus de vingt ans. Ses reportages réalisés en Europe, Asie et Amérique Latine ont donné lieu à plusieurs expositions et deux recueils de photographies (« Eclat de Bassin » et « Anh Doi »)

A L'Âne bleu

Il est évident que l’artiste puise son inspiration dans celui des contes mais également dans la vie quotidienne. Ce vocabulaire allégorique est palpable et Saré touche du doigt à l’absurdité du monde par le biais de personnages qui nous évoquent ceux qui s’égaillaient dans les kermesses et autres noces immortalisées par les grands maîtres flamands. Nathalie BECKER

Jean-Pierre SEFERIAN, lui, dégage la colonne immémoriale des marcheurs de l’enclave inaccessible où elle s’était établie. Il la détourne à l’aide de bouts d’os calcifiés. Ces bouts d’os avaient jusqu’à présent nos corps en vie pour sépultures. En délivrant la vision macabre, l’artiste nous gratifie d’un pas décisif. Un pas vers la joie. Martin MELKONIAN

Marc SOUQUE « D'un chemin à l'autre » du 8 mai au 24 mai 2015

Marc SOUQUE voyage dans un univers qu'il ne connaît plus, par désir de se perdre, de se vivre dans un ailleurs aux repères estompés, tels des palimpsestes à la présence lancinante.

Marie NIGOUL « Compte à rebours » du 2 au 11 octobre 2015

A travers ses œuvres photographiques, qui mêlent également le graphisme, la peinture et le collage, Marie Nigoul nous transmet une série d’autoportraits qu’elle souhaite témoignage et transmission, invitation à un autre regard.

IRIS et Thomas DURANTEAU « A corps et à traits » du 26 juin au 12 juillet 2015

Thomas DURANTEAU «A corps et à traits » Têtards , personnages sans âge, enfants par la disproportion de leur tête ou vieillards, ces êtres semblent se reconnaître, d’un tableau à l’autre, d’une même famille.

IRIS Sous autorité, des habitations, des individus tronqués, et des édifices en construction, se débattent. Au contraire, des plongeoirs, des podiums, des diamants, des perspectives faussées, se complaisent dans une orgie de confusions mentales. Tous, s’enfoncent progressivement dans l’exercice dangereux de la représentation.

Anne POURNY et Jean Pierre POURTIER « Paroles muettes » du 28 juillet au 16 août 2015

La peinture d'Anne Pourny s'impose à nous par l'évidence d'une présence fervente. Aller à l'essentiel est un engagement irréversible, qui l'a fait tôt opter pour une expression où le réel repoussait ses limites jusqu'à ces territoires inconnus régis par les forces constitutives de son langage en gestation. Lydia Harambourg

Il s’agit d’un corps qui vaque, à l’extrême limite de la parole, dont la sculpture charge sur un ‘rien à dire’ l’espace sensible, et dont le moins de ce ‘rien’ du corps tend un plus d’élocution de parole à venir.Jean Pierre POURTIER

Nicolas MONJO « Les loges de la fuite »du 6 au 22 novembre 2015

Les sujets principaux des tableaux de Nicolas MONJO ne sont pas sans rapport avec la société et le monde qui nous entoure . On peut y voir par le fait qu'ils sont souvent enfermés, écrasés par le cadre même du tableau, la difficulté pour l'individu à s'extirper de sa condition.

Rencontre autour de l'estampe du 11 au 23 décembre 2015

Sophie DOMONT Graver est l’apprentissage de la patience contrebalancée par la magie de l’imprévu. Un trait qui n’apparait pas comme espéré, les caprices de l’acide mais aussi très souvent de belles surprises. C’est une sorte de jeu avec la matrice : parfois un travail en harmonie ; parfois un duel enragé

Hans Jorgensen est un magicien égaré dans l’âpreté, la rudesse et la fulgurance. La fièvre des profondeurs habite ses sombres féeries, et ses totémiques silhouettes.Surgissements inactuels d’un macabre festif, jubilatoire et scabreux, dans un somptueux théâtre de la transe et de la cruauté.Christian Noorbergen

Les Mythimages 4ème édition le 11, 12 et 13 septembre 2015 L'Âne bleu initie de nombreux projets sur le territoire en lien avec les autres galeries et artistes et participe au salon annuel des Mythimages organisés les 11, 12 et 13 septembre 2015 à Marciac. Inscriptions et renseignements sur le site www.lesmythimages.fr

Voir les commentaires

Repost 0
Published by anebleu
commenter cet article

La revue Artension partenaire

LOGO-artension-1-.jpg

A l'Ane bleu

19 rue Saint Pierre 32230 Marciac

06 87 54 70 17

Autour de la nouvelle

Plan d'accès